Alliance européenne des villes et des régions pour l'inclusion des Roms

De Deletionpedia.org
Aller à : navigation, rechercher

Modèle:Suppression Modèle:Orphelin Modèle:Sources secondaires

Modèle:Infobox Organisation

L’Alliance Européenne des Villes et des Régions pour l’Inclusion des Roms est un projet mis en place par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe. L’Alliance rassemble actuellement 130 villes et régions de 29 pays.

But principal

Le but principal de l’Alliance Européenne des Villes et des Régions pour l’Inclusion des Roms est – au travers des villes et des régions participantes, en coordination avec leurs gouvernements nationaux respectifs et en prenant en compte les spécificités propres à chaque pays – de favoriser les projets et les politiques d’inclusion des Roms[1] au niveau local et régional.

Histoire

Ces dernières années, on a pu observer un développement important aux niveaux européens et nationaux de politiques d’inclusion des Roms. Conscient de l’importance des politiques destinées à favoriser l’inclusion sociale des Roms au niveau local et régional, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux a décidé de créer une plateforme de partage des connaissances pour combattre de manière efficace l’antitsiganisme, en se basant sur la Déclaration de Strasbourg sur l’Inclusion des Roms adoptée par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe en 2010[2].

Le concept de l’Alliance est issu des conclusions du Sommet des Maires[3] qui s’est tenu à Strasbourg en septembre 2011. Les fondements de l’Alliance ont été développés à l’initiative d’un groupe de villes et régions volontaires, qui ont réfléchi au cadre général, aux objectifs et aux méthodes de travail dont l’Alliance pourrait se doter. Une consultation a été menée en 2012, incluant une enquête à grande échelle conduite auprès des collectivités territoriales des pays membres du Conseil de l’Europe. Des réunions consultatives ont ensuite été organisées afin de définir les besoins et les priorités des villes et des régions participantes dans le domaine de l’inclusion des Roms.

L’Alliance a été officiellement créée pendant la Modèle:24e du Congrès en mars 2013[4].

Participants à l’Alliance

Les participants sont des collectivités territoriales d’États membres du Conseil de l'Europe qui s’engagent à œuvrer à l’inclusion des Roms et à soutenir l’Alliance. La pleine participation à l’Alliance est subordonnée au respect des conditions suivantes :

  • La volonté manifeste de venir à bout des problèmes concernant la situation des Roms (par exemple, un engagement politique déclaré) ;
  • La démonstration d’activités/initiatives antérieures en faveur de l’inclusion des Roms ou d’activités en cours ;
  • La présence de mécanismes pour le dialogue et la coopération avec les communautés roms locales.

Voir une liste complète des participants ici.

Orientations stratégiques (2014/2020)

Une stratégie pour les années 2014 à 2020 a été adoptée par le bureau du Congrès à Strasbourg le Modèle:Date. Ce document fixe les grandes orientations pour le futur de l’Alliance jusqu’à 2020 et constitue le principal document de référence pour la Taskforce de l’Alliance, qui est responsable la formulation et de la mise en œuvre des activités de l’Alliance.

Ce document décrit notamment les principaux objectifs de l’Alliance, les activités prévues et les résultats attendus à mi-parcours ainsi que sa structure et son fonctionnement.

Objectifs

Conformément à la Déclaration de Strasbourg adoptée par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe en 2010, l’Alliance poursuit principalement les objectifs suivants :

  • Permettre aux villes et régions participant de s’exprimer d’une seule voix contre l’exclusion sociale des Roms et l’antitsiganisme, en leur offrant une plateforme pour faire pression avec les collectivités territoriales sur les questions concernant l’inclusion des Roms aux niveaux local et régional.
  • Soutenir le développement et ultérieurement, sous réserve de la disponibilité de ressources, la mise en œuvre d’initiatives favorisant l’échange entre ses villes et régions participantes, de savoir-faire et d’expérience en matière d’inclusion des Roms
  • Améliorer le dialogue et la coopération entre les collectivités territoriales et les communautés roms et les ONG, ainsi que la participation citoyenne à la prise de décision politique aux niveaux local et régional.
  • Accorder une attention particulière au rôle des femmes roms et des jeunes roms dans la promotion de l’inclusion des Roms aux niveaux local et régional et œuvrer également à la promotion de la culture et de l’histoire des Roms, notamment à la commémoration du Pharrajimos (génocide des Roms), dont la Journée internationale du souvenir (le 2 août).

Activités

Les activités de l’Alliance s’articulent autour de quatre grandes lignes d’action :

Encourager la volonté politique

Les participants de l’Alliance sont encouragés à promouvoir l’inclusion des Roms par des projets et des politiques aux niveaux local et régional. L’Alliance vise ainsi à faciliter le partage de bonnes pratiques, à faire mieux connaître les effets positifs d’une inclusion réussie et aussi à utiliser le vaste réseau du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux.

Servir de cadre aux échanges

Dans l’optique de favoriser l’apprentissage mutuel, l’Alliance organise divers types de rencontres afin d’examiner les questions relatives à l’inclusion des Roms, les besoins et les attentes des participants. Ces rencontres peuvent prendre la forme de conférences nationales et/ou internationales, d’ateliers ou de tables rondes thématiques sur des sujets tels que le logement, l’éducation, la santé ou l’emploi.

L’Alliance a par ailleurs fortement recours à l’Internet et à ses outils. Une plateforme web sur l’intranet de l’Alliance a été mise en place afin de donner aux participants toutes les caractéristiques des villes et régions participantes et les projets et politiques qu’ils mènent en matière d’inclusion des Roms. L’Alliance encourage ainsi les échanges entre les participants afin de faciliter l’échange de pair-à-pair, les partenariats et les initiatives conjointes, ce également dans le contexte de la coopération transfrontalière.

Accroitre la visibilité des activités des villes et des régions de l’Alliance portant sur l’inclusion des Roms

Depuis 2013, dans le but de combattre l’antitsiganisme, l’Alliance est chargée de l’organisation du Prix Dosta ! du Congrès pour les municipalités, qui fait partie de la campagne Dosta !. Ce prix récompense tous les deux ans trois municipalités qui ont mis en œuvre des initiatives créatives et innovantes propres à assurer l’intégration sur le long terme des communautés Roms ou de Gens du voyage présents sur leur territoire.

Promouvoir la participation de la société civile

L’Alliance encourage notamment la consultation régulière des ONGs Roms et non-Roms sur les questions concernant l’administration locale et régionale, les politiques Roms et les besoins de cette communauté. L’Alliance invite aussi les villes et les régions à adopter une approche participative permettant aux Roms de faire entendre leur voix lorsqu’il est question de politiques et de projets d’inclusion des Roms.

Autres domaines d'intérêt

Jeunes Roms

L’Alliance Européenne des Villes et des Régions pour l’Inclusion des Roms vise à être un levier pour les autorités locales et régionales qui souhaitent échanger des bonnes pratiques concernant l’inclusion des jeunes Roms. Les jeunes Roms subissent une situation doublement difficile : ils sont touchés par les mêmes discriminations que leurs ainés, mais en même temps ils ont à subir les mêmes problèmes que l’ensemble des jeunes aujourd’hui (chômage, exclusion sociale et économique, difficile transition vers l’âge adulte, et un futur incertain).

Dans ce contexte, le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux a adopté un rapport intitulé « Donner aux jeunes Roms les moyens d’agir par la participation : concevoir des politiques efficaces aux niveaux local et régional » le Modèle:Date lors de la Modèle:26e du Congrès[5]. Ce rapport a été préparé par les co-rapporteurs Inger Linge et John Warmisham, vice-président du Congrès et Rapporteur pour les questions Roms. Ce rapport indique que « le rôle des organisations inter-gouvernementales devrait être d'abord et avant tout de soutenir et appuyer les efforts menés au niveau national, régional et surtout local ». La présentation du rapport a été suivie par un débat et un vote sur le projet de résolution ainsi que sur le projet de recommandation.

Le rapport souligne en particulier que l’Alliance « peut contribuer à promouvoir l’autonomisation des jeunes Roms aux niveaux local et régional » et invite « les pouvoirs locaux et régionaux à adhérer à l’Alliance européenne des villes et des régions pour l’Inclusion des Roms ».

Femmes Roms

L’Alliance accorde une attention particulière au rôle des femmes Roms dans la promotion de l’inclusion des Roms aux niveaux local et régional. En effet, au même titre que pour les jeunes Roms, les femmes Roms doivent elles aussi encore subir une double discrimination : elles sont marginalisée dans la société en tant que Roms et marginalisée dans leurs communautés en tant que femmes.

L’Alliance a accueilli favorablement le lancement lors de la Modèle:4e Conférence internationale sur les Femmes Roms, qui s’est tenue les 17 et 18 septembre 2013, d’une plateforme appelée Phenjalipe qui vise à soutenir la mise en œuvre des résultats de la conférence, rapportés dans un document intitulé Stratégie pour la promotion des femmes et des filles roms en Europe, 2014-2020[6]. Cette initiative a aussi pour objectif de faciliter les échanges d’informations et la coordination au niveau régional pour les actions en faveur des femmes et jeunes filles Roms. Enfin, cette stratégie vise à être un outil politique pouvant être utilisé par les femmes Roms dans leurs travaux de promotion et de définition de politiques publiques.

Journée internationale du souvenir (2 août)

L’Alliance Européenne des Villes et des Régions pour l’Inclusion des Roms du Conseil de l’Europe lutte pour la reconnaissance officielle du 2 août en tant que journée internationale du souvenir pour les victimes du Parrajimos (Génocide Roms). L’Alliance accorde une attention forte à la promotion de cette reconnaissance depuis sa création, considérant que l’anti-tsiganisme dans sa forme actuelle ne peut être compris et combattu de façon efficace qu’en acceptant la réalité historique du génocide Roms.

En 2014, le Congrès et l’Alliance ont soutenu l’initiative du Forum Européen des Roms et Gens du voyage (FERV) qui souhaitait que le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe reconnaisse le 2 août comme journée de commémoration européenne du génocide Roms. Malheureusement, cette tentative s’est soldée par un échec du fait d’un manque de consensus au sein du Comité.

Dans ce contexte, l’Alliance des Villes et des Régions pour l’Inclusion des Roms accueille chaleureusement le vote à une très grande majorité du Parlement Européen du Modèle:Date en faveur de la reconnaissance du 2 août comme Journée annuelle de souvenir du génocide Roms[7]. Cette résolution a aussi souligné l’importance de faire plus d’efforts pour lutter contre les discriminations, les crimes et discours de haine à l’encontre des Roms, qui reste encore aujourd’hui la plus grande et la plus discriminée des minorités d’Europe.

Coopération avec le Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage (FERV)

À l’occasion de la Modèle:26e du Congrès, le 26 mars 2014, l’ancien Président du Congrès Herwig van Staa and Rudko Kawczynski, ancien Président du Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage (FERV) ont signé un accord de coopération entre l’ERTF et le Congrès[8].

Le FERV a été le premier forum représentatif des communautés Roms à être créé en Europe, et vise à exprimer les intérêts des Roms au niveau Européen pour défendre les droits des Roms. Il a été créé en juillet 2004, à la suite d’une proposition faite par Modèle:Mme Taria Halonen, Présidente de la Finlande, lors d’une déclaration devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

L’accord signé en 2014 a pour but de renforcer la coopération entre le Congrès et le FERV, dans la poursuite de leur objectif commun d'intégration des Roms dans les sociétés européennes ainsi que de leur participation à la vie publique. L’accord fait particulièrement référence au travail effectué par l’Alliance. Il souligne en particulier que « l’Alliance Européenne des Villes et régions pour l’Inclusion des Roms servira de structure pour les efforts communs au niveau opérationnel, afin de promouvoir des politiques d’inclusion des Roms aux niveaux local et régional ».

Dans le cadre de l’accord de coopération, « des échanges d’information réguliers auront également lieu entre le FERV et la Taskforce de l’Alliance, en particulier concernant les projets concrets développés par l’Alliance sur le terrain, avec pour objectifs un échange d’expertise, la planification d’activités conjointes et le suivi de leur mise en œuvre ».

Notes et références

  1. Le terme « Roms » utilisé au Conseil de l’Europe désigne les Roms, Sintés, Kalés et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms) ; il englobe la grande diversité des groupes concernés, y compris les personnes qui s’auto-identifient comme « Tsiganes ».
  2. Modèle:Lien web.
  3. Modèle:Lien web.
  4. Modèle:Lien web.
  5. Modèle:Lien web.
  6. Modèle:Ouvrage.
  7. Modèle:Lien web.
  8. Modèle:Lien web.

Modèle:Portail