Henry Marie Auguste Boyer de Bouillane

De Deletionpedia.org
Aller à : navigation, rechercher

Modèle:Suppression

Modèle:Homon

Modèle:Infobox Personnalité militaire

Henry Marie Auguste Boyer de Bouillane est un militaire de carrière tué à l'ennemi, né le 27 mars 1895 à Nîmes, (Gard, France) et mort le 6 août 1916 à Fleury-devant-Douaumont (Meuse, France).

Biographie

Henry Marie Auguste Boyer de Bouillane est né le 27 mars 1895 à Nîmes, (Gard, France). Il est le fils du célèbre magistrat et avocat à la Cour de Paris, Pierre Paul Henri Dominique Boyer (1848-1908), et de Jeanne Françoise Thérèse Nicolet (1859-1934). Il est l'arrière-petit-fils par adoption de Antoine Henri Étienne de Bouillane de Lacoste (1790-1873)[1], issu de la plus ancienne noblesse du Dauphiné (France)[2].

Il fit ses études à l'école Sainte-Geneviève à Versailles (France) et au collège Saint-Jean-Berchmans à Bruxelles (Belgique). En 1915, il se rendit au troisième Bureau de Paris[3] et s'engagea volontairement au sein du [[Liste des régiments d'artillerie français|Modèle:37e régiment d'artillerie de campagne]] (Modèle:37e R.A.C.), Modèle:103e batterie de bombardiers. Il portait le matricule au recrutement : 1388[4]. Il reçut plus tard le grade de maréchal des logis au Modèle:37e d'Artillerie.

Fleury-devant-Douaumont (Meuse, France) ; le village ravagé par les combats de juin 1916

Le 6 août 1916, le cadet du magistrat fut tué d’une balle à la tête lors d'une mission volontaire, pendant le combat de Fleury-devant-Douaumont. Il effectuait alors une reconnaissance pour y installer un canon de 37. Cet acte de bravoure lui valut la médaille militaire à titre posthume, ainsi que la croix de guerre, deux étoiles. Nous pouvons lire dans le Tableau d'honneur. Morts pour la France (Paris 1921) la Citation à l'ordre du Corps d'armée :

Fleury-devant-Douaumont (Meuse, France) ; le village ravagé par les combats de Juin 1916

Modèle:Début citationExcellent sous-officier, modèle de courage et d'énergie. Déjà cité à l'Ordre du Régiment le 13 juin 1916. Volontaire pour toutes les missions périlleuses. Tué d'une balle à la tête, le 6 août 1916, au cours d'une reconnaissance faite dans les éléments les plus avancés de notre ligne, pour y installer un canon de 37[5].Modèle:Fin citation

La commune de Fleury-devant-Douaumont se trouve dans la forêt de Verdun, à quelques kilomètres au nord-ouest de la ville éponyme.

Mentions et récompenses

Récompenses

Mentions

  • Plaques commémoratives 1914-1918, église Saint-Sulpice ([[6e arrondissement de Paris|Paris Modèle:6e]])[6].
  • Plaques commémoratives 1914-1918 de la mairie ([[6e arrondissement de Paris|Paris Modèle:6e]])[7].
  • Relevé en cours de saisie Relevé partiel (Modèle:P.) et addenda correspondants (Modèle:P.) ([[9e arrondissement de Paris|Paris Modèle:9e]])[8].
  • Livre d'or de l'École Sainte-Geneviève (Versailles)[9].
  • Plaque commémorative de la crypte Notre-Dame des Armées (Domrémy-la-Pucelle)[10].
  • Livre d'or du Collège Saint Jean Berchmans (Florennes, Namur)[11].

Ascendance familiale

Modèle:Pertinence section

Chasse à l'ours, gravure du XVIe siècle

Modèle:Refins.

Il est le petit-cousin au deuxième degré par adoption de l'explorateur Émile Antoine Henry de Bouillane de Lacoste (1867–1937), le grand-cousin au troisième degré par adoption de l'Ambassadeur de France, Jean-Noël de Bouillane de Lacoste (1934-), et l'arrière-arrière-grand-cousin au treizième degré par adoption du poète et éditeur canadien Guy Boulianne (1962-).

Une légende, bien connue des anciens du Vercors, relate l'aventure du Dauphin de France Louis II, futur roi de France Louis XI, grand chasseur d'ours et qui aurait été attaqué par son propre gibier dans une forêt, non loin de Villard. Ce célèbre prince n'a du son salut qu'à l'intervention de deux bûcherons, Richaud et Bouillane. Afin de se remettre de leurs émotions, ils partagent pain et fromage. En remerciement le dauphin promit d'anoblir les deux bûcherons et une récompense de 10 000 écus chacun. Le récit fut repris et amplifié de telle façon que celui-ci fit le tour du Dauphiné et, bien sûr, transposé dans d'autres lieux. Mais le fait semble bien être survenu entre Villard-de-Lans, Die et Saint-Jean-en-Royans. Albert Du Boys écrivait en 1835 :

Modèle:Début citationL’animal, blessé dans le flanc, cherchait à grimper le long d’une cheminée de rochers et il n’était plus qu’à une faible distance de son agresseur, en face d’un gouffre béant, quand les deux charbonniers arrivèrent, armés de leurs grandes haches. Bouillanne frappa l’ours par derrière et lui coupa la jambe; puis il n’eut, ainsi que Richaud, que le temps de se mettre de côté, et l’animal féroce, ne pouvant plus se soutenir, descendit en roulant le long du rocher. Mais, arrivé en bas, il se débattait encore, en mugissant, quand Richaud s’approcha courageusement et lui asséna sur la tête un coup si violent qu’il l’étendit mort à ses pieds[12].Modèle:Fin citation

Le Dauphin, plein de reconnaissance, offrit de l’or à ses libérateurs; mais ils refusèrent avec fierté, en déclarant que le dévouement ne se payait pas. Le prince, ému, les embrassa, les fit chevaliers et leur donna pour armes « d’azur à une patte d’ours d’or, mise en bande »[13].


Descendants de Antoine Henri de Bouillane de Lacoste (1755-1850).

Notes et références

Blason de la famille de Bouillanne
  1. Modèle:Lien web
  2. La Mosaïque du midi, publication mensuelle. quatrième année, p. 373. éditeur J.-B. Paya, Toulouse 1840. (lire en ligne)
  3. Modèle:Lien web
  4. Matricule au recrutement : 1388 - Seine 3e Bureau (Paris) - Subdivision, classe 1915. Liste principale, Tables des états signalétiques et des services militaires de la Seine (1875-1921), Archives de Paris, p. 27.
  5. Guerre de 1914-1918. Tableau d'honneur. Morts pour la France. Publications de la Fare, Paris 1921, page 152.
  6. Plaques commémoratives 1914-1918, église Saint-Sulpice (Relevé n° 10997). Relevé initial effectué par Sylvain Métivier. Mis en ligne : 21/04/2003. Mémorial Gen Web.
  7. Plaques commémoratives 1914-1918 de la mairie (Relevé n° 59774). Relevé initial effectué par Stéphane Protois. Mis en ligne : 07/11/2012. Mémorial Gen Web.
  8. Relevé partiel - pages 21-59 et addenda correspondants pages 982-987 (Relevé n° 72123). Relevé initial effectué par Elisabeth De Montmarin. Mis en ligne : 05/04/2015. Mémorial Gen Web.
  9. Livre d'or de l’École Sainte-Geneviève (Relevé n° 51823). Relevé initial effectué par Robert Dupays. Mis en ligne : 11/03/2011. Mémorial Gen Web.
  10. Plaque commémorative de la crypte Notre-Dame des Armées (Relevé n° 68434). Relevé initial effectué par Françoise Huguet. Mis en ligne : 21/12/2013. Mémorial Gen Web.
  11. Livre d'or du Collège Saint Jean Berchmans (Relevé n° 25528) : Au Service du pays - Livre d'or de Florennes 1914-1918.- Imprimerie Hirt & Cie, Reims 1927.- Grand In 8° (166 x 264), broché 230 pages. Illustré de photogravures N/B hors-texte et nombreux portraits en médaillons des anciens professeurs et élèves du Collège Saint Jean Berchmans de Florennes morts pour la France. En préface 30 pages sur Florennes (Belgique, prov. Namur) pendant la guerre, suivies des noms, notices biographiques et historiques consacrées à chacun des anciens professeurs et anciens élèves du Collège Saint Jean Berchmans, morts pour la France sur les différents fronts durant la guerre 1914-1918. Relevé initial effectué par Benoit elleboudt. Mis en ligne : 30/06/2005. Mémorial Gen Web.
  12. Modèle:Ouvrage
  13. Modèle:Lien web

Liens externes

Articles connexes

Modèle:Portail