Roger-Michel Allemand

De Deletionpedia.org
Aller à : navigation, rechercher

Modèle:Sources secondaires Modèle:Suppression Modèle:Voir homonymes Modèle:Infobox Biographie2

Roger-Michel Allemand, né le Modèle:Date de naissance- à Calais, est un éditeur scientifique et critique littéraire français spécialiste du Nouveau Roman, de Michel Butor et d'Alain Robbe-Grillet. Il est par ailleurs professeur certifié de lettres dans l'académie de Nice.

Biographie

Débuts

En 1987, Allemand rédige son premier article, sur la dramaturgie de Jean Genet[N 1]. En 1989, il soutient une maîtrise sur les Romanesques d'Alain Robbe-Grillet, que Jérôme Lindon transmet à l'écrivain. Ce dernier l'invite à faire sa connaissance ; ils resteront amis jusqu'en 2001. En 1991, paraît son travail, qui démontre comment le dédoublement des personnages , des situations, des énoncés, et les ambiguïtés qu'ils génèrent, concourent au renouvellement du genre autobiographique, en dégageant un nouvel espace de représentation et de discours : le récit de vie se fait inscription d’une imagination et la distance que le sujet entretient avec lui-même devient le moteur de son accomplissement[N 2]. La même année, il reçoit la médaille de la Défense nationale pour son pilotage du programme national de lutte contre l'illettrisme parmi les conscrits.

Michel Minard lui propose de créer une série d'érudition ; ce sera Le « Nouveau Roman » en questions. France Culture lui ouvre ses ondes[N 3] et le Ministère des Affaires étrangères lui confie une mission de coopération aux États-Unis[OF 1]. Il représente la France au soixante-dixième anniversaire de Robbe-Grillet[N 4], à Washington University in St. Louis[1]. En 1992, il se lie avec Denis Roche, avec lequel il réalise « L’Aléa littéraire », sur l'écriture et la photographie[N 5]. En 1994, Michel Butor lui écrit ; leur amitié durera jusqu'à la mort de l'écrivain[P 1]. En décembre, Allemand soutient à l'université de Caen une thèse de doctorat intitulée Le Grand Œuvre des Romanesques d'Alain Robbe-Grillet[2], à la suite de laquelle il met fin à la polémique entre Philippe Lejeune et Robbe-Grillet autour du pacte de sincérité[N 6]. En 1996, il publie Le Nouveau Roman aux éditions Ellipses. Il le définit comme une Modèle:Citation, c'est-à-dire Modèle:Citation, ajoutant que Modèle:Citation. Le livre est bien accueilli et reste réédité depuis lors[N 7].

Après quoi, Allemand écrit une monographie consacrée à Robbe-Grillet, publiée en 1997 par les éditions du Seuil, également bien accueillie. Allemand y établit les trois périodes de l'œuvre et forge le mot-valise Modèle:Citation pour désigner la seconde d'entre elles, aussi bien dans le roman qu'au cinéma[N 8], Modèle:Citation. Dans cet ouvrage, il met au jour une dimension inattendue chez le futur académicien : Modèle:Citation Ce concept est repris[N 9]. Robbe-Grillet lui confie la mise en forme de sa conférence à Oxford[3] et Robert Pinget salue son travail sur ses propres œuvres. En 1999, il entre au conseil d'administration des éditions des Lettres modernes, où il siège jusqu'en 2004.

Il mène en parallèle une carrière de professeur certifié[4], notamment au collège Joliot-Curie de Carqueiranne[5].

Évolutions

En approfondissant ses recherches, il étend leur champ à l'ensemble de la narration du Modèle:S-[N 10]. Après avoir publié le dernier texte du vivant de Claude Simon[6], il transmet la succession du « Nouveau Roman » en questions et fait paraître Modèle:Harvsp, qui distingue entre visions régressives et visions prospectives : du côté du mythe et de l'évasion hors de l'actuel, un regard tourné vers l'arrière, le passé, les origines, l'identité, qui correspond au paradigme du Paradis perdu, de l'Âge d'or, d'une Nature bienfaitrice ; du côté du ferment d'action et de l'impulsion dynamique, un regard tourné vers l'avant, le futur, l'inconnu, l'émancipation, qui engendre la quête, l'invention, la Culture[7]. L'ouvrage mobilise des savoirs multiples (littérature, philosophie, économie politique, sociologie, psychanalyse, métaphysique) et reçoit un accueil favorable : Modèle:Citation Ses idées sont reprises par les spécialistes[N 11].

Il intègre ensuite la revue @nalyses, fondée en 2006 à l'Université d'Ottawa, dont il sera le seul membre non-canadien du comité de rédaction jusque son départ, en 2017. Il y crée la rubrique « Propos d'écrivains »[N 12] et y édite les Encadrements de Butor[A 1]. En 2009, il réalise avec lui Modèle:Harvsp remarqué et ils dialoguent sur France Culture[8]. La même année, il organise avec Christian Milat un colloque majeur sur Robbe-Grillet[9]. En 2010, il ouvre le séminaire d'agrégation à la Sorbonne sur Les Gommes et La Jalousie[10], et publie une trilogie à cette occasion[N 13]. En 2011, il consacre à Butor un grand colloque au Brésil[11], où ils donnent ensemble une lecture-performance[12]. En 2012, l'École nationale supérieure d’art de Bourges expose Terrains d’asiles et d’exils, inspiré de leur correspondance[13], peu après deux expositions montées à son initiative[N 14]. L'année suivante, le ministère de la Culture publie sa notice sur Pour un nouveau roman[N 15] et il est l'invité d'honneur de Christophe Honoré à la représentation de sa pièce Nouveau Roman, au Théâtre Liberté.

En France, il a exercé à l'Université de Caen, à l'Université de Rouen, au Conservatoire national des arts et métiers et à l'Université de Toulon. Il est membre des jurys des CAPES externes de Lettres modernes[14] et de Lettres classiques[15], ainsi que du Centre transdisciplinaire d'épistémologie de la littérature à l'Université Côte d'Azur[16].

Traduction

Anglophone, Allemand a traduit en français Rembrandt de Jessica Hodge (1994) et Les Grands Explorateurs de Richard Cavendish et Bernard Stonehouse (1995)[17].

Analyse de l'œuvre

Son œuvre critique alterne des travaux de recherche savante, des monographies de vulgarisation scientifique et des entretiens littéraires.

Ses publications portent sur le Nouveau Roman[18] : son histoire, sa maison d'édition, ses représentants (Michel Butor[19], Alain Robbe-Grillet[20], Claude Simon[21]), sur l'autobiographie et l'autofiction[N 16], sur le dialogue entre la littérature et les arts visuels (cinéma[N 17], peinture[N 18], photographie[N 19]), mais aussi sur les classiques[N 20].

Élève de Pierre Barbéris, qui a dirigé son DEA Théorie et enseignement de la littérature (1990), il est d'abord influencé par le structuralisme[OF 2]. Il se démarque cependant de la sociocritique en même temps que de la critique thématique et de la narratologie, qui sont alors les courants universitaires dominants[OF 1]. Tandis qu'il travaille au Centre régional du livre de Basse-Normandie, Léopold Sédar Senghor lui fait découvrir lModèle:'Essai sur les données immédiates de la conscience d'Henri Bergson, et il réoriente ses recherches dans une perspective à la fois esthétique et poétique.

Dans son discours de soutenance de thèse (1994), il se réclame d'un fragment de Blaise Pascal pour revendiquer les vertus de l'intuition comme instrument de connaissance et l'équilibre entre l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse. Son travail éclaire en partie l'autobiographie de Robbe-Grillet à la lumière de l'alchimie[2] et inspire d'autres savants[N 21]. Ses recherches montrent que, depuis le second romantisme, la modernité littéraire s'est paradoxalement ressourcée aux métaphores de l'ésotérisme, Modèle:Citation. Dans ces écrits, il met au jour la manière dont s'effectue le passage Modèle:Citation. Auditeur à l'École pratique des hautes études, il s'intéresse à l'œuvre de Carl Gustav Jung. Tout en considérant les interprétations de Psychologie et Alchimie Modèle:Citation, il en étudie les résonances chez Robert Pinget[N 22]. Cet intérêt, joint à celui pour l'épistémologie de Gaston Bachelard, le conduit à mettre en œuvre une démarche psychocritique[R 1].

Au Centre international d'études pédagogiques, il enseigne les théories du texte (1998), en n'en excluant aucune mais en valorisant leurs complémentarité, et développe des publications qui tiennent compte des dimensions intertextuelle, interdisciplinaire et intersémiotique. Son ouvrage sur Les Faux-monnayeurs (1999) en est un exemple : Modèle:Citation Cette démarche fait écho à ses engagements pédagogiques en faveur de la méthode inductive et de la transdiciplinarité[N 23]. Il décline donc l'invitation de Jean Ricardou à participer à ses séminaires de textique, qu'il juge Modèle:Citation.

Ensuite de quoi, ses recherches le conduisent vers l'épistémocritique, comme l'illustrent deux de ses articles. Dans « Le temps de l'effacement » (2010), il fait interagir la relativité d'Albert Einstein et les données de l'astrophysique avec les essais de Roland Barthes et la phénoménologie romanesque d'Alain Robbe-Grillet[R 2]. Dans Modèle:Harvsp (2012), il relie l'esthétique de Michel Butor à la philosophie extrême-orientale et aux réflexions de Vladimir Jankélévitch sur La Musique et l'ineffable[22].

Ouvrages

Réception

Les livres d'Allemand ont fait l'objet de recensions dans les revues de philologie romane, surtout en Europe et en Amérique du Nord.

Son approche de la littérature lui a valu l'estime de nombreux auteurs[P 1]. Michel Butor lui a notamment dédié deux poèmes en octosyllabes[N 24]. Hubert Lucot louait sa Modèle:Citation et a écrit plusieurs acrostiches sur les initiales RMA, conservés à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine[N 25].

Jean Ricardou, en revanche, lui était opposé[N 26]. Il a ainsi refusé de contribuer au Modèle:Harvsp, par une allusion à certains de ses travaux : Modèle:Citation, avant d'insister dans une autre lettre, à laquelle Allemand n'a pas répondu[N 27].

Nouveau roman

Modèle:Article connexe

L'attention des critiques est retenue par son regard novateur sur le Nouveau Roman, d'abord à travers la série qu'il a fondée et dirigée de 1992 à 2004. Jean Duffy présage à ses débuts : Modèle:Citation étrangère Douze en plus tard, Edmund Smyth confirme, à propos des Modèle:Harvsp et Modèle:Harvsp livraisons : Modèle:Citation Ce qui lui vaut d'être qualifié par Rosa Galli Pellegrini d'un des plus éminents spécialistes en la matière : Modèle:Citation étrangère Les livraisons dont il est responsable bénéficient de comptes rendus positifs et Modèle:Harvsp est saluée comme Modèle:Citation : Modèle:Citation, selon Michel Carle. En 2007, Duffy synthétise : Modèle:Citation

Nicolas Lombard relève aussi le tribut collectif : Modèle:Citation Son idée de mouvance est en effet reprise[N 28] et l'étude est tenue par Charles Bachat pour Modèle:Citation Pour Christiane Blot-Labarrère, Modèle:Harvsp Modèle:Citation et plusieurs manuels universitaires y renvoient comme source principale[N 29].

Alain Robbe-Grillet

Modèle:Article connexe

Ses travaux sur Robbe-Grillet ont un retentissement aussi notable. Ses deux premiers livres, parus simultanément en 1991, sont qualifiés par Jean-Claude Vareille d'Modèle:Citation. L'écrivain lui-même qualifie son travail de « passionnant » et lui confirme la justesse de ses intuitions : Modèle:Citation

Sa monographie aux Éditions du Seuil, en 1997, reçoit un accueil favorable. Raylene Ramsay y voit Modèle:Citation. Betty McGraw use de mêmes termes : Modèle:Citation Mireille Naturel aussi : Modèle:Citation Pour Charles Bachat, Modèle:Citation ; Michel Sirvent le considère comme Modèle:Citation, tandis que Jean Pierrot souligne : Modèle:Début citationLe présent ouvrage est issu de la plume d’un jeune critique déjà spécialisé dans le sujet. Il constitue une étude attentive, fine, convaincante, nourrie d’une connaissance approfondie des œuvres ainsi que de la littérature critique antérieure, enrichie par le recours aux informations tirées des relations personnelles du critique avec l’auteur. Les analyses sont l’occasion de rapprochements originaux et d’ouvertures critiques suggestives vers un certain nombre de références culturelles souvent inattendues. Tout ceci permet de lester de vécu et de chair, de sensible et de drame une œuvre que, avec le reflux de la mode, on aurait eu tendance à réduire à un jeu littéraire un peu précieux[KL 1].Modèle:Fin citation

Il en va de même avec les Actes du colloque international d'Ottawa, en 2010, qui rassemble trente-huit communications, auxquelles s'ajoutent les inédits d'une douzaine d'écrivains, soit la plus importante réunion savante jamais consacrée à l'Académicien. On retrouve à cette occasion des appréciations qui rappellent l'époque du « Nouveau Roman » en questions, par exemple sous la plume de Sylvie Lannegrand : Modèle:Début citationIl faut saluer la parution de ce recueil, ouvrage important qui contient des études de qualité, une excellente introduction, des notes abondantes et précieuses, des témoignages d’écrivains contemporains présentés en annexe et des reproductions de lettres de l’auteur. Il offre la mise en contexte utile d’une œuvre clef, polysémique et fascinante, en approfondit des aspects parfois négligés, et propose de nouvelles pistes de lecture. Autant de preuves que la recherche robbe-grilletienne actuelle est riche et vigoureuse, et offre par ailleurs de belles perspectives d’avenir[FS 1].Modèle:Fin citation

L'ensemble est ainsi crédité de fournir aux chercheurs une somme impressionnante : Modèle:Citation, et de référence : Modèle:Citation, qui tranche avec le passé : Modèle:Début citationLe propos marque un net infléchissement théorique et critique. Jamais les textes lus ici ne prennent la tournure d’un hommage ou d’une reconnaissance de dette. À aucun moment, le discours de l’auteur n’est considéré comme parole d’évangile, Modèle:Lang. Une distance s’est instaurée entre l’objet examiné et l’observateur, prérogative d’une nouvelle génération d’universitaires et d’écrivains qui se donnent les moyens, salutaires, dégagés, d’évaluer sereinement et non d’encenser courtoisement. De quoi, bien sûr, inviter à relire Robbe-Grillet toutes affaires cessantes, et à le placer là où il doit assurément se situer : parmi les grands créateurs du Modèle:S-[HL 1].Modèle:Fin citation En 2018, Allemand donne rétrospectivement raison à Celia Britton, qui, en 1995, lui avait reproché de ne pas évoquer le caractère inquiétant des fantasmes de Robbe-Grillet[FS 2], et rappelle à cette occasion les motifs de sa rupture d'avec l'écrivain[23].

Michel Butor

Modèle:Article connexe

RMA et M. Butor, Petit Palais, 2009.

C'est toutefois Modèle:Harvsp, en 2009, qui bénéficie de la plus large couverture. Dans le premier article qui lui est consacré, Bernard Valette donne le ton : Modèle:Début citationCe livre correspond à ce vers quoi devrait tendre tout travail de critique et de recherche. Le lecteur n’est pas seulement entraîné par l’incessant rebond du dialogue, il est aussi poussé par le désir de (re)découvrir Butor. La subtile composition du livre réussit de façon magistrale à rendre sensible cette dynamique. Toujours attentif à la parole qu’il sollicite et qu’il accueille, Roger-Michel Allemand invite le lecteur au plus près d’une œuvre pleine de vie, mobile comme le monde et qui, tournée vers l’avenir, ne cesse de poser des questions passionnantes[AF 1].Modèle:Fin citation Peu de temps après, Aymeric Glacet reprend le propos : Modèle:Début citationUn des grands mérites du livre de Roger Michel-Allemand est de servir admirablement l’œuvre de Michel Butor. Il correspond à ce vers quoi devrait tendre tout travail de critique : “La critique littéraire n’est pas seulement discours sur un texte, explique Michel Butor ; elle est elle-même un texte qui peut attirer l’attention sur ses qualités, donc devenir lui-même objet de critique littéraire.”[DFS 1]Modèle:Fin citation Certains, tel Frank Wagner, mettent en valeur Modèle:Citation Il en est de même pour Ben Stoltzfus :

Modèle:Début citationModèle:Lang[24].Modèle:Fin citation Si bien que, pour Marie-Hélène Roques, Modèle:Citation Alain Niderst insiste sur sa profondeur : Modèle:Citation D'autres, sur sa poésie : Modèle:Début citationCette conversation orchestrée par Roger-Michel Allemand s’écoule comme le cours d’un ruisseau, ignorant le temps T et parcourant à l’aventure la matière même de l’écrivain et de l’homme Butor. Cette rencontre avec Roger-Michel Allemand est une véritable synesthésie où les silences, les sonorités de la plume butorienne, et les couleurs de sa vie traduites par de superbes illustrations, construisent un “hyper-lieu” dans lequel “l’Essence des digitales écoute dormir écoute rêver”, un collage utopique[HL 2].Modèle:Fin citation Michel Bertrand retient le sentiment de partage : Modèle:Citation Le romancier Frédéric-Yves Jeannet, intime de Michel Butor, rend aussi hommage au savoir-faire du critique : Modèle:Citation Roch Smith insiste sur sa qualité : Modèle:Citation ; Ann Jefferson, sur son érudition : Modèle:Citation En somme, le point de vue de Michel Sirvent résume la réception internationale :Modèle:Début citationOn ne peut sans doute rêver meilleure introduction à cette œuvre immense que cette suite d’entretiens à bien des égards tout à fait passionnants. De cette œuvre foisonnante et aux multiples ramifications, le livre de Roger-Michel Allemand donne un lumineux préambule, avec divers textes en vis-à-vis, qui se répondent à merveille. La présentation parfaitement réfléchie et attrayante en fait un livre butorien : sa lecture se fait promenade, déambulation, improvisation. Un guide admirable[FR 1].Modèle:Fin citationC'est dans cette continuité que s'inscrit, en 2012, Modèle:Harvsp, qui rassemble trente communications (vingt en français, dix en portugais) : Modèle:Citation 

Notes et références

Notes

  1. « À propos de “L’Étrange Mot d’...” de Jean Genet », L’Avant-Livre, 1992, Modèle:P.. Le texte date de novembre 1987.
  2. Modèle:Harvsp.
  3. Entretien avec Françoise Séloron, France Culture, 9 septembre 1992, publié par l'INA, coll. « Le Pays d'ici », 1999.
  4. « Roger-Michel Allemand est chargé de cours de littérature française moderne à l'université de Caen. Spécialiste du Nouveau Roman et notamment d'Alain Robbe-Grillet, il vient d'être chargé de mission par le ministère des Affaires étrangères pour représenter la France au colloque Robbe-Grillet à 70 ans. », Modèle:Harvsp.
  5. Il y est fait référence dans Modèle:Ouvrage.
  6. « Relire Les Mots après Lejeune et Robbe-Grillet », Analyses et réflexions sur Sartre, Ellipses, 1996, Modèle:P.. À la suite de cet article, Lejeune lui écrit : Modèle:Citation (Modèle:Harvsp).
  7. Il y est fait référence dans les Œuvres complètes de Claude Simon (Bibliothèque de la Pléiade, 2006-2013) et de Marguerite Duras (Bibliothèque de la Pléiade, 2011-2014), ainsi que dans le Dictionnaire des genres et notions littéraires (Encyclopædia Universalis, 2015) et dans les synthèses en ligne, Portail pour l'enseignement de la littérature (2004), « O Nouveau Roman e o cinema » (2006), Le Bon Usage (2011), Docs.school (2014), Étudier (2015), ou sur le site de France Inter (2018).
  8. Le néologisme contracte les mots formalisme et ludisme. Viviant y voit Modèle:Citation (Modèle:Harvsp).
  9. Les concepts forgés par Allemand sont même adoptés au-delà des cercles savants, comme en témoignent Loïc Guyon, Les Martyrs de la Veuve, Berne, Peter Lang, 2010, Modèle:P., ou Jacques Chanis, Geneanet.
  10. Dans le Dictionnaire mondial des littératures (Larousse, 2002), Allemand est notamment l'auteur des notices : « Baudry », « Blanchot », « Camus », « Cayrol », « Des Forêts », « Djian », « Faye », « Gide », « Giono », « Le Clézio », « Leiris », « Malraux », « Pagnol », « Quignard », « Rivière », « Roche, Denis », « Roche, Maurice », « Rolin », « Saint-Exupéry », « Sartre », « Thibaudeau », « Tournier », « Valéry » et « Yourcenar » (reprises dans le Dictionnaire de la littérature française et francophone).
  11. Voir Marc Atallah (Bulletin de l'Association Ferdinand Gonseth, juin 2011, Modèle:P.), Gérard Chouquer (Autour de Ledoux, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, Modèle:P.) ou Marcel van Meerhaege (The State of Utopia, New York, Springer, 2011, Modèle:P.).
  12. Entrevues avec M. Butor, É. Chevillard, P. Grainville, H. Lucot, C. Prigent, P. L. Rossi, J.-Ph. Toussaint, T. Viel.
  13. « Le temps de l’effacement », Roman 20-50, hors-série Modèle:N°, Modèle:P. ; « La diagonale du fou », Lectures de Robbe-Grillet, Presses universitaires de Rennes, Modèle:P. ; « L’énigme Robbe-Grillet », Méthode !, n° 18, Modèle:P..
  14. « Universos paralelos », Belo Horizonte, 4–28 octobre 2011, et « Regarder ensemble », Hyères, 11 janvier–26 février 2012. Voir Modèle:Harvsp et la préface d'Allemand au catalogue de la première.
  15. Commémorations nationales 2013, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012, Modèle:P..
  16. Voir Dictionnaire mondial des littératures, « Autobiographie » (Modèle:P.) et « Autofiction », (Modèle:P.), « Georges Perec : W ou la Fracture du sujet », Ariane, Modèle:N°, 1998, Modèle:P., ou « Patrick Grainville à la recherche de l’unité perdue », @nalyses, vol. 3, n° 1, hiver 2008, Modèle:P., par exemple.
  17. « Éloge de la bonne humeur » (sur Luc Besson et Peter Weir), Caractères, février 1994, Modèle:P. ; « Alain Robbe-Grillet », Magazine littéraire, Modèle:N°, “Les écrivains cinéastes”, mai 1997, Modèle:P..
  18. « The Target, by Alain Robbe-Grillet and Jasper Johns », Kritikon Litterarum, vol. 35, n° 3/4, 2008, Modèle:P..
  19. Modèle:Article ; « De quelques retours instantanés. Lettre ouverte à Denis Roche sur les questions qu’il pose », La République des Lettres, 26 avril 2008 ; Modèle:Lien web.
  20. « Voyage épique et conquête amoureuse » (sur Homère, Virgile et Fénelon), Elseneur, Modèle:N°, juin 1992, Modèle:P., et « Janus dramaturge : petite introduction au génie hugolien », Enjeux, n° 78, été 2010, Modèle:P..
  21. Voir, par exemple, Christian Milat, Les Opposés alchimiques dans les romans d'Alain Robbe-Grillet.
  22. Modèle:Article
  23. Voir son entretien avec « Michel Butor : propos sur l’enseignement, le jeu et l’improvisation », dans The French Review, vol. 83, Modèle:N°, février 2010, Modèle:P..
  24. « Acrostiches », @nalyses, vol. 3, Modèle:N°, hiver 2008, Modèle:P., et « Salut au Brésil », Modèle:Harvsp.
  25. Modèle:Lien web
  26. Modèle:Citation, Modèle:Lien web.
  27. Modèle:Citation, lettre de Ricardou à Allemand, 12 mars 2008, citée dans Modèle:Harvsp.
  28. Voir Francine Dugast-Portes, « Alain Robbe-Grillet : “le Pape du Nouveau Roman” », Magazine littéraire, Modèle:N°, oct. 2001, Modèle:P. ; Frank Wagner, « Julien Gracq et le “Nouveau Roman” », Poétique, Modèle:N°, sept. 2008, Modèle:P. et Modèle:P. ; Aline Marchand, « Le Nouveau Roman, du cliché minuscule à la majuscule institutionnelle », La Dynamique des groupes littéraires, Presses universitaires de Liège, 2016, Modèle:P..
  29. Voir Claude Murcia (Nouveau Roman, Nouveau Cinéma, Paris, Nathan, 1999), Didier Alexandre (Lire le Nouveau Roman, Dunod, 2000), Francine Dugast-Portes (Le Nouveau Roman. Une césure dans l'histoire du récit, Armand Colin, 2001) ou Bernard Valette (Histoire de la littérature française, Ellipses, 2014).

Références

Acta Fabula
@nalyses
  1. @nalyses, vol. 4, n° 3, automne 2008, p. 257-269.
Dalhousie French Studies
The French Review
French Studies
Histoires littéraires
Kritikon Litterarum
Ouest-France
Poezibao
Revue d'histoire littéraire de la France
Roman 20-50
  1. Roman 20-50, décembre 2000, p. 129-139.
  2. Roman 20-50, septembre 2010, Modèle:P..
Studi francesi
Autres références

Voir aussi

Bibliographie

Modèle:Légende plume

Presse écrite

Revues savantes

Allemagne
Belgique
Canada
États-Unis
France
Italie
Nouvelle-Zélande
Royaume-Uni

Liens externes

Modèle:Autres projets

Modèle:Portail